routes secondaires


description rapide de l’image

Aller au contenu | Home | Aller au menu| Aller à la recherche

vendredi 15 mars 2019

PRINTEMPS DES POETES 2019


T'as de beaux yeux

                Tu sais !

VEAU_VACHE.jpg

   RACE D’AUBRAC

Vache d’Aubrac avec ton veau

Tu n’es que belle aux pâturages.

Trésor venu du fond des âges

Rien ne peut être plus nouveau.

Lorsque tu vas boire au ruisseau

Ta peau devient couleur nuages.



Vache d’Aubrac avec ton veau

Tu n’es que belle aux pâturages.

Tes yeux cerclés sur ton museau

Donnent de toi si beaux visages

Que l’on croirait plus que mirages

De t’admirer dans ce berceau,

Vache d’Aubrac avec ton veau.

Raymond DELMAS Le 14 Mars 2019

LES_AUBRAC.jpg

Vous qui passez sans me voir.

Lors de mes sorties à la capitale, je fais la BELLE.
Lors de mon estive, je donne le ton au paysage.
Je me prête à merveille aux ciels bleus, aux ciels chargés de nuage.
Je dégage LA PAIX, la BEAUTE DE L'AUBRAC. Peu importe que ce soit une scène urbaine, une montagne, je me sens appelée à représenter LA BEAUTE où qu'elle soit.

Texte de THERESE

mardi 26 février 2019

LA PIE 2019


         NID DE PIE

Trône là-haut, toi nid de pie

Exemple type du tisseur,

Ravissement du bâtisseur,

Toi qu’on surnomme la chipie.

Autour de toi tout n’est qu’envie

De supplanter cet agresseur.

Trône là-haut, toi nid de pie

Exemple type du tisseur.

Si dans les airs l’autour t’épie,

Voyant du fort son épaisseur

Et de ses piques la grosseur

Ta forteresse le défie.

Trône là-haut, toi nid de pie

Raymond DELMAS

              Le 17 Février 2019
                      (Rondeau)

LA_PIE.JPG

LA_PIE_BIS.JPG

jeudi 24 janvier 2019

COQS POULES 2019


Avec_COQS__17_.JPG

                 ŒUF ou POULE ?

Qui fut premier de l’œuf ou de la poule ?

Au poulailler, coq dit : « Cocorico »,

La poulette, elle, dit : « Coquelicot ».

Mais qui peut trancher sans perdre la boule ?

L’œuf, quant à lui, tout au fond du pondoir

Semble douter qu’au fond de sa coquille

Puisse exister, dans ce poussin jonquille,

La moindre vérité sur ce savoir.



J’ai pris en main cette coque si lisse

Sans pouvoir déceler…l’aspérité

Qui cèderait la moindre vérité.

Las ! Et des doigts et du sens tout nous glisse.

Dès lors, qu’une galline ponde des œufs,

Qu’elle glousse, caquette, couve ou chante,

Son plumage bleu, mordoré, m’enchante.

Sujet clivant, plus ne t’appelle de mes vœux !

Raymond DELMAS Le 23 Janvier 2019
oeufs_JANVIER_2019__2_.jpg
3_eme_Coqs__4_.JPG
Avec_COQS__10_.JPG
3_eme_Coqs__5_.JPG

samedi 29 décembre 2018

VOEUX 2019

__
Le vent nous pousse dans le dos

Sur les sentiers, sur les chemins.

Corps à l’effort, esprits sereins

Peut-on jamais trouver repos ?

Marchant à l’air près des champs clos

Nul obstacle ne nous contraint.

Le vent nous pousse dans le dos

Sur les sentiers, sur les chemins.

Trouver abri près d’un enclos,

Fixer les yeux sur le lointain,

Sur un ami poser la main,

Chacun peut le faire à propos.

Le vent nous pousse dans le dos.

Après vingt ans un long repos ?

Mieux vaut vivre et penser demain

Que d’attendre un surlendemain

Qui pourrait bien être forclos

Tant le vent souffle en notre dos.

Raymond DELMAS 1er JANVIER 2019

LAC_EAU.jpg

mardi 13 novembre 2018

11 NOVEMBRE 2018

__
Nos aïeux ont supporté le poids et l'horreur de cette Grands Guerre.

Ils n'avaient qu'un mot sur les lèvres : "Jamais plus ça !" Hélas !
11_NOVEMBRE_2018__20_.JPG_

VAL(H)EUREUX GUERRIERS DE 14-18

Heureux, vous combattants, survivants de l’enfer

Du feu venu du ciel, des éclats des canons,

Heureux bien que blessés de forger le renom

D’un pays assiégé, dans le froid de l’hiver.

Heureux représentants d’une terre reprise

Au prix du sacrifice, au prix de la douleur,

Heureux et triomphants, venus trouver douceur

Au pays délaissé pour la cause entreprise.

Heureux, vous jeunes gens, vecteurs de ce fardeau

Dont vous portiez le poids sans vraiment le comprendre,

Heureux de voir le feu soudain devenu cendre,

Pour vous enfin hissé comme un noble drapeau.

Heureux les rescapés de l’horrible hécatombe

Sous la pluie et le vent, dans la boue et le sang,

Heureux d’avoir servi, parfois en titubant,

D’être restés debout aussi près de la tombe.

Heureux, nous les Français, de lire dans la pierre

Vos noms et vos prénoms au front des monuments,

Heureux de célébrer, disparue indûment,

Une jeune moisson ensevelie entière.

Heureux de célébrer ces beaux anniversaires,

Et bien que les conflits perdurent tout autour,

Nous avons à ce jour et non sans maint détour,

Dont une guerre en plus, cessé d’être adversaires.

Raymond DELMAS Le 11 Novembre 2018

- page 1 de 25