routes secondaires


description rapide de l’image

Aller au contenu | Home | Aller au menu| Aller à la recherche

CARNET DE ROUTES

Fil des billets

mardi 9 mars 2021

LE VIEL ARBRE MORT

2021_8_MARS_011.jpg

Cet après-midi, deux enfants Parisiens sont allés à La vigne du Seigneur sur les hauteurs de MARVEJOLS. Ils ont parcouru les multiples étages. Sur l'un d'entre eux, ils ont découvert un gros noyer centenaire que le lierre avait recouvert de ses tiges nocives. Après avoir dépouillé le vieux tronc de cet encombrant fardeau, ils ont arraché, non sans peine , l'écorce noirâtre qui lui tenait chaud. Et le voilà tout nu, tout noir... Quelle triste fin ! De ses branches, ses feuilles, ses noix, son ombre rafraîchissante...plus rien. Il attend l'arrivée du bûcheron ? Ainsi meurent les vieux arbres. Arbre tordu, arbre dont la cime épouse le ciel. Il nous tend ses bras. Comment vivre entre ciel et terre ? IL est symbole de nos Vies. Il parle de l'infiniment haut qui se met en relation avec l'infiniment bas.

2021_8_MARS_010.jpg

2021_8_MARS_020.jpg

2021_8_MARS_015.jpg

2021_8_MARS_023.jpg

dimanche 3 janvier 2021

JANVIER 2021

PREMIERS PAS IMPORTANTS

NEIGE 2021
JANVIER_2021__11_.JPG

           LAND'ART Thérèse

MERCREDI_A75__3_.JPG

PARFOIS

Parfois tu viens fraîche farine
Que l’on ressent sur la narine
Quand tout le sol vêt son manteau
Sans pouvoir en recouvrir l’eau.
Lui servirais-tu de tétine ?

Tu échappes comme l’ondine
Qui se dissout dans le ruisseau,
Parfois.

Quand au printemps le sol tu mines
Et sur le flanc de la colline
Réapparais tel un joyau
D’un rouge vif coquelicot
Tu te révèles fort mutine,

PARFOIS

                    Raymond DELMAS   (Rondeau)

JANVIER_2021__19_.JPG

dimanche 13 décembre 2020

MESSAGE D'ESPERANCE 2020


                Bonsoir


             Comment voulez-vous votre Noël ?
                  Tendre, pacifique, gagnant contre la COVID...


Marvejols_Noel.JPG

                     VILLE et VIRUS

Pour un simple virus toute la galaxie

En entendant ce mot prend un air dépressif.

Ressentant en son être un climat oppressif

Se croit déjà, d’un coup, frappé d’apoplexie.

La ville toute entière, entrée en léthargie,

Pour mieux éradiquer l’adversaire intrusif,

Vide de ses piétons, visage inexpressif,

Semble le seul témoin de cette liturgie.

Ce qui fut chaque soir, lorsque tombait la nuit

Artère rouge sang et de vie et de bruit

Devient la pâle veine au pouls de tempérance.

Ce que sera demain couve dans la passion

De nos vaillants soignants dans leur noble mission

De transformer nos peurs en motifs d’espérance.

             Raymond DELMAS     Le 13 Décembre 2020

mardi 12 mai 2020

LOZERE BISONS

BRAVE BISON BIZZARE

             BISON RAVI__

Bison bien brun, bourru, bizarrement bâti,

Insolite, incrusté, insolent, inconstant

Sut sans s’en soucier survivre sans abri,

Ouvrant au vent d’autan ou par oublis ôtant,

Noctambule notoire, les nuits de Margeride.



Race rassasiée aux ruisseaux, aux rivières,

Aux âges, aux avatars, aux abris de misère,

Va, violent et vengeur vers quelque vain solo,

Ivre, indomptable, enfin, immense Buffalo.

               Raymond DELMAS         le 12 MAI 2020

le_bison_1.JPG

jeudi 16 avril 2020

PRINTEMPS AVRIL 2020

__
Nos_fleurs_avril_2020__2_.JPG__

Nos_fleurs_avril_2020__4_.JPG

Nos_fleurs_avril_2020__10_.JPG

QUAND LE CŒUR SE Confine…

Quand le cœur se confine au lever du printemps,
Il oublie aussitôt le beau tapis de neige
Où croît à discrétion cette « goutte de neige »*
En un tapis de luxe hélas pour peu de temps.

Quand le cœur se refuse à respirer l’air pur,
Il s’interdit de voir le cerisier en grappes
Qui tout de blanc vêtu de sa robe d’agapes
Exhale à chaque Pâque son bouquet dans l’azur.

Quand le cœur se contracte en ce début d’avril,
Il laisse évaporer le parfum des jacinthes
Au profit de l’abeille aux claires brosses ceintes
De l’odorant pollen pour un miel volatil.

Quand le cœur s’atrophie à refuser de voir
Ces becs jaunes flotter sur leurs vertes béquilles,
Jupettes de dentelle, aimant de bas résilles
Dans leur balancement de souples encensoirs.

Quand le cœur s’anémie à ne daigner ouvrir
Un œil admiratif pour l’oiseau sur la branche,
Pour la tulipe rouge auprès de la pervenche
Lors mieux vaut lâcher prise et pousser un soupir.

Raymond DELMAS Le 14 Avril 2020
Nos_fleurs_avril_2020__5_.JPG
Nos_fleurs_avril_2020__8_.JPG
Nos_fleurs_avril_2020__9_.JPG
Nos_fleurs_avril_2020__11_.JPG
Nos_fleurs_avril_2020__12_.JPG

- page 1 de 10