routes secondaires


description rapide de l’image

Aller au contenu | Home | Aller au menu| Aller à la recherche

LES RANDONNEES

Fil des billets

jeudi 30 juin 2016

EN CHEMIN, J'ai rencontré...LA LOZERE A CROQUER.


Dimanche 26 JUIN, une échappée de 17kms en MARGERIDE organisée

par les foyers Ruraux des Laubies, de Ribennes, St Amans.

Elle se révèle riche en sensations et découvertes des villages

de St Amans, de St Gal, de Choizines, de Ganivet avec son lac,

de Malasagnettes, de Savigner, de Coulagnettes, du Chazal.

C'est à pied que se découvrent les secrets de nos villages

leur architecture, leur fabrication de fromages, leurs sculptures
qui donnent naissance à un village insolite, leurs chats, les fours à pain

sans oublier le côté détente du lac de Ganivet et les gîtes

du Domaine de Coulagnettes avec soins et spa.

Ces sites splendides invitent à la paix intérieure.

ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__15_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__16_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__21_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__24_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__25_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__28_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__29_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__32_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__42_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__45_.jpg
ST_AMANS_RURAUX_2016_TH__69_.jpg

lundi 7 mars 2016

COL DE BONNECOMBE/LOZERE

Un col, oui, mais pas un col de fourrure.
Un beau col de montagne surmonté de son froid capuchon blanc et trainant sa longue gandoura d'un blanc immaculé. Les hêtres perdent leur "H" pour devenir des êtres véritables. Ils éternuent, se balancent, mais c'est L'HIVER. Leurs branches décorées de festons étincelants accueillent le promeneur, le randonneur à raquettes, à ski, sous un dais continu de minuscules pierres précieuses. Les burons, coiffés eux aussi, d'un drap blanc que la burle soulève. Les cascades, blancheur écumeuse vaporisent sur leurs flancs une brume qui vient saupoudrer la végétation adjacente. L'espace se divise en 2 mondes, et pas un de plus. Le bleu infini du ciel, le blanc vallonné à perte de vue. Les humains se partagent ces 2 mondes : Randonneurs et skieurs impriment leurs pas ou leurs sillons sur cette pâte blanche. Les skysurfeurs, des demi-dieux entre ciel serein qui étend son long voile et la neige. L'AUBRAC : un paradis sans limite apaisant

                   une source de silence et de calme

pour le corps et l'esprit.

                    une source d'air pur.

Au souffle du PRINTEMPS, reparaîtra sa jeunesse.

COL_BONNECOMBE_R_025.jpg

COL_BONNECOMBE_R_037.jpg

COL_BONNECOMBE_R_041.jpg

COL_BONNECOMBE_R_083.jpg

COL_BONNECOMBE_T_013.jpg

COL_BONNECOMBE_T_028.jpg

COL_BONNECOMBE_T_045.jpg

COL_BONNECOMBE_T_046.jpg

COL_BONNECOMBE_T_048.jpg

COL_BONNECOMBE_T_050.jpg

lundi 5 octobre 2015

LA VALLEE DE LA BIOURIERE/ LOZERE


Nous avons testé la douceur de ce début d'Octobre tout en admirant les couleurs de l'automne.

Paysage à couper le souffle.

La_vallee_de_la_BIOURIERE__2_.jpg

La_vallee_de_la_BIOURIERE__3_.jpg

La_vallee_de_la_BIOURIERE__8_.jpg

Prés du village, le Mas De Muret, un arbre. Qui es-tu ? Un séquoia qui surprend, qui stimule la curiosité. Sa taille : 25 mètres. Tour de taille : 4,5 mètres. Il est accompagné de son jumeau fragilisé par la foudre.

La_vallee_de_la_BIOURIERE_.jpg

La_vallee_de_la_BIOURIERE__1_.jpg

Il ne faut pas oublier les hêtres (lou faoun) avec la combe del Faoun, essence phare des milieux tempérés et les chênes(lou roube).

La_vallee_de_la_BIOURIERE__5_.jpg
La_vallee_de_la_BIOURIERE__6_.jpg

Cette vallée de La Biourière est en forme de "U" caractéristique des vallées glaciaires.

Nombreuses roches sont rabotées par les glaciers du quaternaire.

La_vallee_de_la_BIOURIERE__4_.jpg
La_vallee_de_la_BIOURIERE__9_.jpg

Elle est traversée par 2 rivières : La Biourière qui prend sa source au Col de Bonnecombe et Le Piou qui suit un cours quasi parallèle à sa voisine.

La_vallee_de_la_BIOURIERE__10_.jpg

La_vallee_de_la_BIOURIERE__11_.jpg

AUREVOIR
La_vallee_de_la_BIOURIERE__47_.jpg

mercredi 20 mai 2015

SUR LES PAS DE VICTORIN GALIERE/ LOZERE

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_TH_030.jpg


Le tracé ci-dessus n'est pas un papillon bicolore mais bien un unique

circuit de randonnée à 2 ailes, l'un pour le matin, l'autre pour l'aprés-midi.

Le peintre VICTORIN GALIERE a sûrement emprunté les deux, l'un au soleil levant

l'autre au couchant. Il a dû apprécier toutes ces palettes aux dégradés de jaune, de vert

se détachant sur un bleu soutenu, sans nuage.

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_001.jpg
SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_002.jpg
SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_TH_024.jpg

Ce parcours coloré d'aplats de jaune, les genêts en fleur dégage sur chaque versant

un subtil parfum. Cet atmosphère embaumée flotte dans les airs au dessus de son village

natal : LE BORN dont l'étymologie signifie "source, rivière"

C'est bien là la "Source" de son inspiration et de son élèvement jusqu'à ST MARTIN DU BORN.

plénitude, liberté, envol

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_005.jpg

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_TH_006.jpg

Dans ce sanctuaire de verdure et de lumière, quelques orchidées et anémones pulsatiles fleurissent encore...

mais les "vrais" papillons n'abondent pas. Signe de dégration du milieu naturel ? ...

Le village du peintre GALIERE pimpant et propret offre aux Borniquels une galerie

à ciel ouvert (oui, un ciel sans réseaux ... électriques), des oeuvres miniaturisées

de Victorin GALIERE, l'enfant du village. Un écrin rempli d'histoire, celui où est né

et s'est épanoui son talent de peintre dont témoigne son oeuvre : objets et personnages

familiers, scènes rurales, auto-portraits, sa vache "Marquise" et sa maison natale...

Le pays de ses rêves et de ses toiles, c'est bien LA LOZERE.
Il le demeurera même à BELLEVILLE/PARIS où il poursuivra sa carrière artistique

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_TH_020.jpg

SUR_LES_PAS_DE_GALIERE_15_TH_022.jpg

mardi 23 septembre 2014

LE BRAME : CORPS ET AME


Ne sachant point très bien le mal qui le tenaille,

Lorsque vient la saison, tout bon cervidé braille,

Emplissant la forêt d’un sombre bramement,

Echo retentissant de leur ébranlement.


Un cerf hausse la voix pour révéler sa flamme,

L’autre dresse les cors pour se donner de l’âme,

Regards intimidants, menaces proférées

De leurs armes de bois aux dagues acérées.


Plus monte la chaleur, plus violents sont les coups

Qu’aggrave le silence en l’absence des loups.

Mais la hampe droite de ces rudes jouteurs

S’entrechoque et répand en la nuit la terreur.


Solitaire combat pour gagner un duel

Quand gisant sur le sol, fruit d’un destin cruel,

Les portes de la nuit se ferment sur l’envie

D’un ultime soupir : mourir pour sa survie.

Même un dernier effort de tout le corps tendu

S’avère superflu pour un être fourbu.

Condamné, terrassé, quoi de plus infamant

Pour qui pouvait penser être cerf, mais amant.


   Raymond DELMAS/ 22 SEPTEMBRE 2014

LE CERF

   Aquarelle  de Thérèse Delmas

- page 2 de 6 -