Lascaux_padirac__63_.JPG

Lascaux_padirac__67_.JPG

     LE PAON DE DORDOGNE

O toi paon vénéré jusqu’à la démesure,

En raison de ton port qui suscite l’éveil

Comme le fait le jour au lever du soleil,

Révèle de ton être une juste envergure.

Tout en toi resplendit ; ton corsage luisant

Se gonfle lentement pour être à la mesure

De qui peut se vanter viser la démesure

Tant ton être total peut être séduisant.

Il atteint cet éclat quand lentement se lève

Cette traîne nuptiale en un ample éventail

Digne des mille feux d’un flamboyant vitrail

Qu’un gracieux atour lentement parachève.

Ce dôme solennel, d’étoiles constellé,

Finement nervuré et surmonté d’ocelles

Tels des papillons bleus épinglés en kyrielles,

Découle d’un vert col d’où tout a ruisselé.

Dès le lever du jour Valentin prend patience,

Il tend le bout de pain que convoite César,

Admire en même temps sa parure de tsar :

Belle école de vie à double complaisance.

Raymond DELMAS Le 2 Mai 2019 Lascaux_padirac__104_.JPG

Lascaux_padirac__107_.JPG

Lascaux_padirac__141_.JPG

PHOTOS_Raymond__78_.JPG

PHOTOS_Raymond__90_.JPG

PHOTOS_Raymond__91_.JPG