Chemin faisant CHEMIN PENSE(E) Dormir au dessus de l'eau Se coucher en prsence d'animaux sauvages Courir dans la rose A MA M... DE TROIE ET SON HEROS Un an en plus DES CLICS ET DES CLACS ORCHIDEE SOUPE A LA GRIMACE SABOT BEAU PARCOURS 57 MARCASSIN CHEMINANS CABANETTE .ANTE. CABANETTE... POST SOURIS AU CHOCOLAT AU FIL DE L'EAU LA GUERRE DES T : TM   EMT  T PETITS DOIGTS PREMIER BORN sans BORNES REVEIL DANS LA BRUME METAMORPHOSE PAIN D'ANTAN CHOUETTES Chemin 28 Papillonnement Loup dvoy Le bouleau de THIBAULT Chemins d'automne Truite et Saumon Trout and Salmon Kettle Eolienne Automne Dauphins bleus Veille Pluie printanire L'ombre du fayard Femme polychrome Icare en Aubrac Abeilles Epoux vante HENRY IV BEGERONNETTEs AUX BRAS D'AUBRAC retour

METAMORPHOSE

Au cœur de cet hiver de l’an qu’on dit nouveau,
Sur les flancs de l’Aubrac arrondis par le temps,
Glissent les vents du Nord que l’on redoute tant,
Porteurs pourtant pour lui d’un aussi blanc manteau

Qui scintille au soleil épinglé de cristaux
Ou parcouru au fond par un fort élégant
Serpent de gel fuyant, miroitant tout autant.
Avant que de muer, aux beaux jours, en ruisseau.

Plus d’apparente vie, hors l’haleine du vent,
Pour nourrir en secret la venue du printemps
Qui successivement déploie à profusion

Des nappes verdoyantes émaillées de pastilles,
Bientôt agrémentées d’un vif jaune jonquille
Précurseur des narcisses et leur blanc à foison.