Chemin faisant CHEMIN PENSE(E) Dormir au dessus de l'eau Se coucher en prsence d'animaux sauvages Courir dans la rose A MA M... DE TROIE ET SON HEROS Un an en plus DES CLICS ET DES CLACS ORCHIDEE SOUPE A LA GRIMACE SABOT BEAU PARCOURS 57 MARCASSIN CHEMINANS CABANETTE .ANTE. CABANETTE... POST SOURIS AU CHOCOLAT AU FIL DE L'EAU LA GUERRE DES T : TM   EMT  T PETITS DOIGTS PREMIER BORN sans BORNES REVEIL DANS LA BRUME METAMORPHOSE PAIN D'ANTAN CHOUETTES Chemin 28 Papillonnement Loup dvoy Le bouleau de THIBAULT Chemins d'automne Truite et Saumon Trout and Salmon Kettle Eolienne Automne Dauphins bleus Veille Pluie printanire L'ombre du fayard Femme polychrome Icare en Aubrac Abeilles EPOUX VANTE HENRY IV BEGERONNETTEs AUX BRAS D'AUBRAC retour

EPOUX VANTE

Debout avant le jour et jusqu'au crépuscule,
Surveillant, attentif, le fruit de son effort
Le mari jardinier retrouve le confort
Qui revient à quiconque ignore la pendule.

Sous le ciel déchaîné, malgré ses oripeaux,
Il reste, songe-creux, comme oiseau sur la branche
Solidement ancré sur la plus belle planche
De fraises colorées convoitées des moineaux.

Ses gestes saccadés, parfois même violents,
Propulsent vers le ciel ses bras de sentinelle
Pour parer la venue de tout battement d'aile
Puis trouvent l'harmonie de mouvements dolents.

Par temps de canicule, munie d'un éventail,
L'épouse attentionnée en fidèle gardienne
S'avance jusqu'à lui sans qu'elle le prévienne,
Mais l'époux si venté c'était l'épouvantail.